Peut-on vivre du métier de sophrologue ?

peut on vivre du métier de sophrologue

Publié le : 07 novembre 20237 mins de lecture

Le métier de sophrologue suscite de plus en plus d’intérêt chez ceux qui souhaitent se diriger vers une carrière dans le domaine du bien-être et de la relation d’aide. En effet, avec une société moderne où stress et tensions sont omniprésents, les services d’un professionnel de la relaxation et de l’équilibre mental peuvent représenter un véritable atout pour améliorer sa qualité de vie. Mais voilà, peut-on vraiment en vivre ? Dans cet article, nous aborderons les différentes conditions et aspects relatifs à ce métier, notamment en termes de formation, de rémunération et de compétences requises.

Comprendre le métier de sophrologue

Tout d’abord, il est essentiel de rappeler en quoi consiste le métier de sophrologue. Il s’agit d’un praticien spécialisé dans l’accompagnement des personnes désireuses de mieux gérer leur stress, leurs émotions et de développer leur potentiel personnel et/ou professionnel. Le sophrologue utilise pour cela des techniques diverses telles que la respiration, la relaxation, la visualisation mentale ou encore la méditation, qui permettent de favoriser l’épanouissement, la détente et l’équilibre physique et psychique de ses clients.

Ce professionnel peut intervenir dans différents domaines tels que :

  • La gestion du stress et des émotions : apprendre à gérer son stress et ses émotions, se détendre et prendre du recul face aux situations difficiles
  • Le développement personnel : développer la confiance en soi, améliorer sa communication, renforcer son estime de soi, etc.
  • La préparation mentale : aider les sportifs ou artistes à mieux gérer la pression liée à la compétition, préparer un examen ou une prise de parole en public…
  • Les troubles du sommeil : apprendre à mieux dormir et retrouver un rythme de sommeil régulier
  • La gestion des douleurs chroniques : aider les personnes souffrant de douleurs persistantes à apaiser leur ressenti grâce à différentes techniques de relaxation

Devenir sophrologue : quels parcours possibles ?

Devenir sophrologue nécessite une formation spécifique, qui peut varier selon les modalités choisies. En France, il existe plusieurs écoles privées ou certifications professionnelles reconnues par l’État et délivrées par des organismes de formation agréés. Cependant, il n’existe pas de cursus universitaire dédié à cette discipline, ce qui signifie que le métier de sophrologue n’est pas réglementé sur le plan académique.

Les formations pour devenir sophrologue :

Les formations proposées pour exercer ce métier sont généralement axées sur l’apprentissage des techniques de relaxation, de respiration, de méditation ou encore de médiation corporelle. Elles peuvent aussi aborder des aspects plus spécifiques tels que la gestion des émotions, les neurosciences ou encore la psychologie. Les formations en sophrologie se déroulent généralement sur une durée d’un à deux ans, selon le niveau de compétence et les objectifs professionnels visés.

Quelles compétences pour être un bon sophrologue ?

Pour exercer ce métier, il est nécessaire de posséder certaines qualités indispensables à la prise en charge et l’accompagnement des clients :

  • Une bonne capacité d’écoute et d’empathie : le sophrologue doit être à même de comprendre les besoins et attentes de ses clients et de les accompagner dans leur démarche avec bienveillance
  • Des compétences relationnelles : savoir communiquer et instaurer une relation de confiance avec ses clients est primordial pour mener à bien les séances
  • Un sens de la pédagogie : le sophrologue doit être capable d’expliquer clairement les techniques qu’il utilise et hiérarchiser les concepts abordés en fonction des niveaux de compréhension de chacun
  • Une adaptabilité et une capacité à innover : chaque client étant unique, le sophrologue doit être capable de s’adapter aux différentes problématiques rencontrées et de proposer des solutions adaptées

Peut-on vivre du métier de sophrologue ? Quelques éléments de réponse

Maintenant que nous avons plus de détails sur ce métier, penchons-nous sur la question cruciale : peut-on en vivre correctement ? La réponse à cette question dépend en réalité de plusieurs facteurs, que nous allons passer en revue ci-dessous.

Le statut professionnel

La majorité des sophrologues exercent leur activité en libéral, soit en tant qu’auto-entrepreneurs, soit sous un autre statut adapté à leurs besoins. Cela leur permet de fixer librement leurs tarifs et de choisir leur clientèle en fonction de leurs spécialités et domaines de compétences. Toutefois, il est également possible d’être salarié dans certaines structures telles que les centres de thalassothérapie, les maisons de retraite, les hôpitaux ou encore les entreprises qui proposent des séances de relaxation à leurs employés. Dans ce cas, le salaire est généralement moins élevé qu’en libéral, mais offre une certaine stabilité financière et professionnelle.

Le revenu potentiel

Une étude réalisée en 2019 par l’institut Statista révèle que le revenu moyen mensuel net d’un sophrologue en France tourne autour de 2100 euros. Cependant, cette moyenne doit être pondérée en fonction du nombre d’heures travaillées et du taux de remplissage des séances. De plus, les tarifs pratiqués par les relaxologues varient en fonction de la région, de la concurrence et de l’expérience du praticien, rendant la comparaison parfois difficile.

Les perspectives d’évolution professionnelle

Le métier de sophrologue offre des perspectives d’évolution intéressantes, notamment en spécialisant son activité ou en proposant des formations à d’autres professionnels. L’augmentation du nombre de clients et la diversification des prestations peuvent permettre d’accroître ses revenus et ainsi vivre plus confortablement de ce métier.

En résumé, il est possible de vivre du métier de sophrologue, même si cela demande un investissement personnel important, tant en termes de formation que d’implication dans l’activité professionnelle. Les retours sur investissement varieront en fonction de la qualité des prestations proposées, de la clientèle ciblée et des actions menées pour se faire connaître et développer son réseau professionnel.

Quels sont les métiers les mieux payés en psychologie ?
Les métiers de la finance les mieux payés : les professions qui rapportent gros