Reconversion professionnelle à 40 ans : étapes à suivre

Publié le : 01 février 20246 mins de lecture

À l’aube de la quarantaine, nombreux sont ceux qui aspirent à une reconversion professionnelle. Que ce soit pour découvrir de nouveaux horizons, donner un second souffle à leur vie professionnelle ou simplement par nécessité, il est tout à fait envisageable de changer de métier à 40 ans. Dans cet article, nous vous présentons les étapes clés et les points de vigilance pour mener à bien cette transition.

Première étape : l’auto-évaluation

Dans un premier temps, il est primordial de faire le point sur ses compétences, ses aspirations et ses motivations. Cette auto-évaluation permet d’identifier ses forces et ses faiblesses, ainsi que les domaines dans lesquels on souhaite évoluer. Il peut être utile de se faire accompagner par un coach professionnel pour mener cette réflexion et bénéficier d’un regard extérieur objectif.

Seconde étape : choisir la bonne formation

Une fois le secteur d’activité ciblé, il convient d’identifier la formation adéquate en fonction de son profil et des compétences à acquérir. Les formations continues proposées par les organismes spécialisés et les universités sont nombreuses et variées : cours du soir, apprentissages à distance, stages intensifs… Il faut donc faire preuve de discernement pour trouver la formule adaptée à ses besoins.

Les critères à prendre en compte

Lorsque l’on compare les formations, il est important de prendre en compte plusieurs éléments : la durée et le rythme de la formation, le niveau d’exigence, l’organisation des cours, les modalités d’apprentissage (présentiel, à distance, mixte), ainsi que le coût. De plus, il est essentiel de vérifier si la formation choisie est reconnue par les professionnels du secteur afin de faciliter le retour à l’emploi.

Les dispositifs d’aide à la reconversion

Pour financer sa formation, il convient de se renseigner sur les dispositifs existants. Le Compte Personnel de Formation (CPF) permet notamment de cumuler des heures de formation tout au long de sa vie professionnelle pour financer un projet de reconversion. Il est également possible de bénéficier d’une aide financière auprès de Pôle Emploi ou de la Région. Un accompagnement par un conseiller en évolution professionnelle peut être utile pour trouver la solution la plus adaptée

Troisième étape : préparer le terrain

Avant d’engager concrètement sa reconversion, il est essentiel de se constituer un réseau professionnel dans son futur domaine d’activité. Rencontrer des personnes déjà en poste permet de mieux comprendre les enjeux du secteur, les compétences nécessaires pour réussir et les opportunités à saisir. Les réseaux sociaux professionnels, les salons et conférences, ainsi que les forums spécialisés sont autant de lieux propices pour élargir son réseau et créer des contacts.

Quatrième étape : créer son nouveau CV

Une fois sa formation terminée, il est primordial de créer un CV adapté à la nouvelle orientation professionnelle. Mettre en avant ses compétences transférables, c’est-à-dire celles acquises lors de sa précédente carrière et qui restent pertinentes pour le nouveau métier visé, peut faire la différence. Il est également important de mettre en valeur les formations réalisées, les stages effectués ou encore les projets menés dans le cadre de sa reconversion.

Cinquième étape : préparer et réussir la phase de transition

La phase de transition entre l’ancienne et la nouvelle vie professionnelle est souvent complexe à gérer. Il est important de trouver le juste équilibre entre préservation du bien-être personnel et investissement dans sa reconversion. Par ailleurs, la patience et la persévérance sont indispensables pour s’accrocher face aux difficultés rencontrées et atteindre finalement la réussite escomptée.

Garder le lien avec son ancien secteur d’activité

Pendant la période de transition, il peut être judicieux de maintenir des contacts avec son ancien secteur d’activité, notamment pour se tenir informé des évolutions et pour ne pas rompre complètement avec son environnement professionnel initial. De plus, si la reconversion nécessite une période de recherche d’emploi, garder une activité ponctuelle dans son ancien domaine peut pallier d’éventuelles difficultés financières.

S’appuyer sur son réseau

Le réseau professionnel tissé au cours de la formation et des rencontres effectuées doit être mobilisé sans hésitation pour faciliter l’accès à la nouvelle vie professionnelle. Les contacts noués sont autant d’alliés pour décrocher un entretien, obtenir une recommandation ou simplement bénéficier de précieux conseils.

En définitive, réussir sa reconversion professionnelle à 40 ans demande du temps, de l’investissement personnel et une stratégie bien pensée. Savoir faire preuve de flexibilité, d’autonomie et de motivation est essentiel pour s’adapter avec succès à cette nouvelle étape de sa carrière. Si les challenges sont nombreux, ils sont aussi source d’enrichissement et d’épanouissement personnel pour mieux appréhender le monde du travail et rebondir vers de nouvelles opportunités.

Comment faire une reconversion professionnelle ?
Reconversion professionnelle à 50 ans : guide pour réussir